Le pardon, chemin de sainteté.


Le pardon, chemin de sainteté.

Combien de personnes nous disent tous les jours qu’il n’est pas en leur pouvoir d’oublier les injures qu’on leur a faites, qu’en vain prétendrait-on les y obliger, puisque cela est au-dessus de leurs forces ; qu’il faut nécessairement qu’elles se vengent ; qu’il faut, du moins, qu’elles s’éloignent, qu’elles évitent l’entretien et la rencontre de leurs ennemis ! Nous avons un effroyable penchant pour la vengeance ; la nature nous y emporte avec tant de rapidité qu’elle nous ôte la liberté de suivre et même de consulter la raison. De là vient que, non seulement on oublie Dieu en ces rencontres, mais qu’on s’oublie soi-même ; on court à la vengeance sans crainte, sans armes, sans précaution, on méprise les plus grands périls, ou plutôt on ne les aperçoit pas. Quelle violence ne se faut-il point faire à soi-même, pour résister à cette violence de la nature !

C’est une bonne œuvre qu’une messe bien entendue, qu’une aumône faite avec une intention pure, qu’un service rendu par le motif de la charité chrétienne ; mais un service rendu à un ennemi, une aumône donnée à son intention, une messe entendue à des sein de lui obtenir quelque grâce, ce sont des actions héroïques, capables d’attirer sur nous les plus grandes bénédictions. Et ce moyen, quelque difficile qu’il soit, il est néanmoins entre nos mains, il est proportionné à toutes sortes de personnes.

Image illustrative de l'article Claude La Colombière

 SAINT CLAUDE DE LA COLOMBIERE
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s