Fête de la visitation de Marie

Fête de la visitation de Marie

visitation de marie à elizabeth-sentinelles de la miséricorde

L’Evangile rapporte qu’en allant visiter sa cousine Elisabeth, Marie demeura avec elle « environ trois mois ». C’est dans les trois mois qui séparent l’Annonciation du Seigneur de la naissance de Jean Baptiste que nous célébrons la Visitation, fête de la rencontre d’Elisabeth et de Marie, mais surtout fête de la mystérieuse rencontre de deux êtres à travers les deux mères, porteuses l’une du Précurseur, l’autre du Messie. Une allégresse soudaine fait tressaillir Marie et Elisabeth à cause du mystère qui se prépare sur la terre à travers elles. En cela, la Visitation est une Annonciation : en frémissant de joie, Jean Baptiste annonce déjà celui dont il sera le prophète (p. après la communion), et à Marie est dévoilée une partie du mystère de son enfantement divin.

Pour Marie, la Visitation est aussi un mystère d’humble service et de joie. La joie de Marie chante dès l’ouverture de la messe : « Venez, écoutez, que je vous dise tout ce que le Seigneur a fait pour moi » (a. d’ouverture), et elle éclate sous le souffle de l’Esprit (p. d’ouverture), dans le Magnificat, qui accompagne la communion (a. de la communion). Cette joie est le fruit de l’amour ; l’action de grâce monte au terme d’un voyage pénible que Marie s’est imposé pour se mettre au service de sa cousine enceinte. Quant à la source d’une telle joie, elle est tout intérieure : c’est Jésus que Marie porte en elle (p. d’ouverture).

Magnificat.

Fête de la visitation de Marie

visitation de Marie - vierge

Magnificat

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

Son amour s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s