Ascencion du Seigneur

Ascencion du Seigneur

ascension de Christ

Le Sauveur nous élève.

Ce jour de l’ascension est la fête par excellence de notre Seigneur Jésus Christ, puisqu’en ce jour il vient s’asseoir à la droite de Dieu son Père, et entre, après toutes les fatigues supportés pour le salut du monde, dans son éternel repos. C’est aussi notre fête à tous, puisqu’en ce jour notre nature humaine a été élevée au-dessus des cieux, que l’homme, à jamais perdu, a été rétabli dans ses anciens privilèges, rappelé au ciel dont il était éternellement banni, et associé au bonheur des anges par les mérites de Jésus Christ notre libérateur. Cette fête est donc bien solennelle, et tout âme qui aime véritablement Dieu doit en ce jour être comblée de joie et se livrer à l’allegresse. Notre Seigneur Jésus Christ, selon saint Léon, pape, disait à ses disciples avant sa Passion : « Si vous aimez, vous vous réjouiriez de ce que je retourne à mon Père », puisqu’en moi votre humanité sera élevée dans le ciel et assise à la droite de Dieu ;  » je vous ai unis à moi et j’ai voulu me faire Fils de l’Homme, afin que vous puissiez devenir enfants de Dieu ». L’Ascension du Sauveur est donc le principe de notre propre élévation, aussi devons-nous en ce jour nous livrer à la joie et à la reconnaissance.

Ludolphe Le Chartreux.

Psaume 26

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?
Si des méchants s’avancent contre moi
pour me déchirer,
ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires,
qui perdent pied et succombent.

Qu’une armée se déploie devant moi,
mon cœur est sans crainte ;
que la bataille s’engage contre moi,
je garde confiance.

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Oui, il me réserve un lieu sûr
au jour du malheur ;
il me cache au plus secret de sa tente,
il m’élève sur le roc.

Maintenant je relève la tête
devant mes ennemis.
J’irai célébrer dans sa tente
le sacrifice d’ovation ;
je chanterai, je fêterai le Seigneur.

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon coeur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »
C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta Face.

N’écarte pas ton serviteur avec colère :
tu restes mon secours.
Ne me laisse pas, ne m’abandonne pas,
Dieu, mon salut !
Mon père et ma mère m’abandonnent ;
le Seigneur me reçoit.

Enseigne-moi ton chemin, Seigneur,
conduis-moi par des routes sûres,
malgré ceux qui me guettent.

Ne me livre pas à la merci de l’adversaire :
contre moi se sont levés de faux témoins
qui soufflent la violence.

Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s