Vivre le samedi saint avec Marie

crucifixion

Marie gardait dans son coeur tous ses evénements. Lc 2, 51

Nous ne saurons jamais comment Marie a passé le shabbat qui a suivi la mort de son fils unique ni comment cet événement s’est gravé dans son coeur, prenant place à la suite des autres événements et les éclairant d’une manière particulière. Les Evangiles sont muets sur Marie depuis qu’ils l’ont laissée debout au pied de la croix, recevant de son fils une nouvelle maternité : Femme, voici ton fils. Jn 19.26.

Sans doute, la souffrance de Marie est à la hauteur d’une telle mère. Comblée entre toutes les femmes, elle « a bâti sa demeure dans les vouloirs de Père » en ce jour de détresse et de non-sens, comme les autres jours de sa vie offerte.

Près de la tombe scellée

Les gardes veillent ;

et pourquoi, si la vie est vaincue ?

Mais en ton coeur, Vierge Marie,

quelle espérance veille ?

Comme jadis dans le Temple,

retrouveras-tu, au troisième jour,

celui que tu appelles dans la nuit:

« Lève toi, bien-aimé,

montre-moi ton visage. » 

R: Lève toi, bien-aimé,

montre-moi ton visage.

J’ai cherché celui que mon coeur aime,

je l’ai cherché sans le trouver.

Avant que souffle la brise du jour,

que les ténèbres disparaissent, reviens !

Réveille-toi, mon bien-aimé,

voici l’heure de ton bon plaisir.

 » O Christ enseveli, ta mère a veillé dans la foi : ais-nous participer à so espérance « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s