Le miracle de Maria Crescencia Perez (au siècle, Maria Angelica) en Argentine.

maria crescencia perez

Le miracle qui a permis sa béatification a été la guérison « d’une jeune victime » d’une hépatite A fulgurante, aggravée par un diabète juvénile, qui n’aurait pu être vaincu que par une transplantation de foie, qui n’a pas eu lieu.  La maladie a disparu, sans explication scientifique, cinq jours après une prière invoquant l’intercession de la religieuse, en présence d’une relique. Il a été authentifié par le pape en 2011.

Sœur María Crescencia Pérez (1897-1932).
Née María Angélica le 17 août 1897 en Argentine, morte le 20 mai 1932 à Vallenar au Chili. À l’âge de dix-huit ans, elle entre dans la Congrégation des Filles de Notre-Dame du Jardin, fondée à Chiavari par Saint Antoine-Marie Gianelli, évêque de Bobbio, et prend le nom de sœur María Crescencia. La Servante de Dieu surnommée ‘sœur douceur’ vécu dans l’humilité, accomplissant des tâches subalternes avec une charité extraordinaire, apostolat et service accompagnés d’une vie intérieure intense.


‘Le 17 novembre 2012, à Pergamino, en Argentine, a été proclamée bienheureuse Maria Crescencia Pérez, religieuse de la Congrégation des Filles de Notre-Dame du Jardin, qui a vécu dans la première moitié du siècle dernier. Elle est un modèle de douceur évangélique animée par la foi. Louons le Seigneur pour son témoignage!’ (Benoît XVI à l’issue de l’Angelus du 18 novembre)
En espagnol:
BéatificationBiographie – Conférence épiscopale du Chili.
María Crescencia Pérez – Agencia Informativa Católica Argentina
Una beata que atrajo multitudes, lanacion.com.ar, Argentine (une bienheureuse qui attire les foules)
Magasine argentin Concepto de mujer: María Crescencia Pérez: la nueva Santa argentina (Notion de femme: la nouvelle sainte argentine)

Elle s’est éteinte à 35 ans, le 20 mai 1932. Son corps a été trouvé intacte en 1966, et repose actuellement en la chapelle du collège du Jardin de Pergamino.

Et de même que nous avons porté l’image du terrestre, nous porterons aussi l’image du céleste.
Ce que j’affirme, frères, c’est que ni la chair ni le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’héritera pas l’incorruptibilité.
 Voici un mystère que je vous révèle : Nous ne nous endormirons pas tous, mais tous nous serons changés,
en un instant, en un clin d’œil, au son de la dernière trompette, car la trompette retentira et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés.
Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité Lors que ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : «La mort a été engloutie pour la victoire» Co 15 49,54

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s